Réveiller nos futurs

13 juillet 2022 10:51
Sous-titre/Année
Juillet 2022
Chapô

Eclairer, partager, décloisonner, surprendre les nouvelles tendances, décrypter les signaux faibles..., autrement dit "Réveiller nos futurs", la proposition de la newsletter d'Auxilia. Prospective et réaliste, nous l'avons imaginée comme une source d'inspiration pour les territoires et les structures que nous accompagnons, quels qu'ils soient.

 

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !

 

 

 

Le Pas de côté

 

LE RENOUVEAU DU JEU DES ACTEURS DES MOBILITÉS LOCALES

Les innovations en termes de gouvernance sous l’impulsion de la réglementation, le développement d’organisations alternatives de type coopératives et la collaboration avec des acteurs tiers dans des démarches “bottom up” : trois signaux faibles qui bousculent les acteurs communaux et intercommunaux et sur lesquels nous vous proposons un éclairage.

Le premier signal émane des impacts réglementaires sur la gouvernance des mobilités.

Le cas de Railcoop, bien que connu, vaut d’être rappelé. Une autre émanation de la loi à regarder de près sont les comités de partenaires dans les régions. Face à ce nouvel organe multipartite obligatoire mais consultatif, chaque collectivité a la faculté de définir à quel degré établir la co-décision. On peut y retrouver tout ou partie des acteurs de la vie courante. En tout état de cause, il nous semble qu’il y a une vraie rupture avec le temps où seuls se réunissaient des experts des transports pour définir les enjeux de mobilité. Une dernière mesure devra être observée : l’application de plans d’action en faveur de la mobilité solidaire ciblant spécifiquement les publics sensibles. Là, des tours de table inédits doivent se créer ; dans lesquels un Vice-Président Transport d’une collectivité pourrait échanger avec Pôle Emploi et une association locale accompagnant les publics en difficulté pour décider ensemble de la manière dont traiter la mobilité solidaire sur le territoire . L’un des enjeux à relever sera de penser conjointement l’organisation des bassins de mobilité et le plan d’action en faveur de la mobilité solidaire et de ne plus réfléchir en deux temps, comme c’est encore souvent le cas aujourd’hui.

Le second signal faible, mieux connu, fait suite à l’évolution du marché des mobilités et à l’ubérisation d’une partie des offres de mobilité. Sur ce plan, nous observons, depuis quelques temps déjà, des organisations alternatives de type coopératives pour le transport privé et la livraison.

Certaines visent à améliorer les conditions de travail des livreurs – c’est le cas à Saint-Denis en Ile-de-France, où une Société coopérative d’intérêt collectif a été créée par d’anciens chauffeurs Uber. D’autres s’intéressent à démultiplier les services en utilisant les modes doux : livraison de repas, déménagement, etc. Apparus au départ dans l’urbain, de tels projets commencent à poindre sur des territoires moins denses. Sur la commune de Quesnoy dans les Côtes d’Armor par exemple, un porteur de projet local a développé un projet coopératif autour d’un triporteur pour faciliter la mobilité des personnes âgées. Le dispositif intègre un service de livraisons. Il y a là un intérêt majeur pour les territoires ruraux, dans une logique de mobilité inversée, à venir redynamiser certains bourgs et à lutter contre le risque d’isolement d’habitants.

Le troisième signal que nous observons, c’est le développement de stratégie de mobilité en collaboration avec des acteurs tiers dont Auxilia fait partie.

Si l’on regarde du côté des territoires ruraux, cette émergence se fonde sur une proposition de valeurs “bottom-up”. Des citoyens documentés et des “acteurs de la vie courante” - employeurs, associations, représentants d'équipements, structures para-publiques de type missions locales, etc, collaborent avec des agents de collectivités et des élus sur des sujets de mobilité empiriques, dans une approche multi-scalaire. Là, des solutions nouvelles se trouvent à la fois à l’échelle de la commune et des EPCI.

Deux dimensions nous paraissent être intéressantes à relever ici. D’une part, le retour de la commune comme territoire de jeu pertinent pour répondre à des besoins du quotidien dans une logique de proximité et de service du quotidien aux habitants. Si la mobilité est au coeur des échanges, la vie et la réorganisation des centres-bourgs à travers les espaces et des dispositifs itinérants prennent une place prépondérante dans l’analyse des enjeux et dans les solutions. D’autre part, en prenant la Carte NL Auxiliacompétence mobilité depuis la loi d’orientation des mobilités de 2019, les EPCI collaborent de plus en plus ensemble et partagent des besoins formulés de la même façon sur chacun de leur territoire. Toujours dans les Côtes d’Armor, dans l’analyse des besoins exprimés sur les trajets en covoiturage sur plusieurs EPCI voisines, nous avons ainsi observé que les trajets réels sont fortement polarisés par l'agglomération de Saint-Brieuc, notamment pour les habitants de la commune de Broons qui "dépendraient" pourtant plus de l'agglomération de Dinan. Nous avons montré aux acteurs qu’il y avait beaucoup plus de trajets transverses qu’ils ne pensaient. En animant différents projets intercommunaux sur ce sujet, Auxilia a ainsi démontré l’intérêt à penser des stratégies de mobilité sur des périmètres de territoires inédits - ni territoire administratif ni bassin de mobilité, et que nous pourrions appeler des « territoires de vie réel » des habitants.

Dans cette (r)évolution du jeu des acteurs, il ne faudra enfin pas perdre de vue ni l’intermodalité - qui en est encore le parent pauvre, ni le sujet central qui relient toutes ces dynamiques émergentes : l’aménagement du territoire. Les dialogues multipartites qui se tissent pourraient être une opportunité pour les élu.e.s d’engager des démarches de prospective à vocation stratégique sur l’organisation de leur territoire au prisme de la génération de mobilités.

Une tribune rédigée par Lou Marzloff à partir d'un entretien mené avec Marc Fontanès, notre expert Mobilités.

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Retrouvez toute la newsletter en suivant ce lien.

Si ce numéro de juillet vous a plu, abonnez-vous, partagez, parlez-en autour de vous pour contribuer à "Réveiller nos futurs" !

 

 

 

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !

 

 

Étiquettes