Et si l’Ehpad de demain n’était plus un Ehpad

Votre interlocutriceJennifer FERRERO

Jennifer FERRERO

Designer de services et d'expérience
Votre interlocutriceMargot RAT-PATRON

Margot RAT-PATRON

Cheffe de projets Energie & climat

Mercredi 7h du matin, Ludivine, 93 ans, se réveille à la Maison des âges – Lamartine, à Aix-les-Bains, anciennement appelée EHPAD Lamartine. C’est assez inhabituel pour elle d’être dans ces lieux qui lui semblent très grands. D’habitude elle reçoit ses soins à son domicile, mais elle vient passer un court séjour de 5 jours à la Maison des âges car l’isolement devient pesant chez elle. Ce sera l’occasion de participer aux ateliers d’art thérapie programmés cette semaine, mais aussi d’assister à la présentation des projets réalisés par les artistes actuellement en résidence à La Maison comme disent les habitués. Un réveil un peu déroutant donc pour Ludivine qui se retrouve dans une chambre méconnue mais décontractée. Autour d’elle, un fauteuil confortable, un petit coin café, des meubles issus du réemploi qui donnent de la chaleur à la chambre et une belle vue sur le jardin.

Ici, il y a des jours, des heures, des rituels. “Nous sommes le mercredi 8 juin Ludivine. Il est 8h15. Il fait très chaud aujourd’hui à Aix“ lui dit l’aide-soignante venue l’aider dans sa chambre. Le petit-déjeuner est servi mais Ludivine pourra le prendre quand elle le souhaite, un peu plus tard peut-être. “Pardon, quel jour sommes-nous ? » demande Ludivine qui a déjà oublié.

Elle apprécie les baskets pailletées et le pantalon couleur corail de cette personne qui vient l’aider à se lever et à s’habiller. Ludivine se laisse guider jusqu’à la salle commune où se tient la revue de presse et un éclairage sur l’actualité politique locale aujourd’hui animée par Tom, un élève du lycée voisin.

Un petit groupe est déjà parti au marché en ville accompagné par la navette inter-Maison des âges mais sans notre personnage principal qui souhaitait rester dans la fraîcheur du bâtiment thermo-régulé.

13h15. Ludivine ne voulait pas déjeuner jusqu’alors mais elle se laisse convaincre par un des artistes en résidence dans la Maison qui l’accompagne à table. Alors que d’autres personnes finissent doucement leur déjeuner, laissant le temps du repas se suspendre – pour certains avec des membres de leur famille venus leur rendre visite – les cloisons modulables de la salle se déplient et décomposent les petits espaces de repas intimistes en grande salle ouverte. Les ateliers d’art thérapie se préparent. Petit à petit, les différents publics invités arrivent : des professionnels, des bénévoles, des proches, des jeunes et des moins jeunes. Il est temps pour tous ceux qui le souhaitent de découvrir l’art thérapie ! Il y a de l’enthousiasme et des échanges. Ludivine pose beaucoup de questions, interagit avec les autres personnes présentes, parle de ses souvenirs qui se mélangent et tourbillonnent.

Ces ateliers se concluent par la présentation des projets des artistes venus en résidence plusieurs semaines proposer leur projets sur le thème du « jardin des rencontres”: tout le monde est invité à se promener dans le jardin, découvrir et expérimenter les installations proposées. Ludivine s’assoit sur le banc “de conversation toi et moi” à côté d’une autre personne. Elle est plongée dans ses pensées lorsqu’elle voit les baskets pailletées de cette personne qui lui rappelle un vague souvenir qu’elle ne situe pas mais qui la rassure.

Installée dans le fauteuil de sa chambre, Ludivine s’empare de sa tablette qui affiche 10 messages : des photos envoyées par ses petits enfants, des suggestions de séries à voir ou de podcast à écouter dans son lit ce soir, ainsi que le programme de demain à Lamartine qu’elle peut accepter ou refuser : thé d’accueil “Faisons connaissance”, poursuite des ateliers d’art thérapie, “à la rencontre des marchands ambulants” qui viendront vendre des pâtisseries…

Ce récit est issu du travail que mène actuellement Auxilia, accompagné de partenaires architectes, designers et paysagistes, pour accompagner le Centre Hospitalier Métropole Savoie qui entreprend une démarche innovante en réalisant une démarche de design de service en vue de transformer l’architecture et l’espace de l’EHPAD qui doit répondre aux aspirations des seniors de demain. Plus précisément, cette narration s’appuie sur l’ensemble des contributions apportées lors d’un Forum citoyen pensé comme un BarCamp organisé sur le thème de l’Ehpad de demain qui a rassemblé en décembre dernier des élus, des professionnels de santé, des citoyens, des résidents d’EHpad, des familles aidantes, des associations.

Ce format a permis de mener une démarche de prospective flash en s’appuyant sur les imaginaires pour penser l’avenir : un espace de production participatif loin du mode descendant d’experts, composé de plusieurs espaces dans lesquels les participants ont pu apporter librement leurs perceptions, leurs expériences et leur créativité avec des ateliers tels que des fresques prospectives, la rédaction de cartes postales, de lettre d’amour, etc. Différents scénarios vont ensuite être proposés aux parties prenantes du projet pour aboutir au prototypage et à l’expérimentation de nouveaux modes de prise en charge, d’une nouvelle chambre et de nouveaux espaces intérieurs et extérieurs.

Partager cet article

à voir aussi

Les métiers

Nous accompagnons nos clients dans toutes les phases de leur projet de transition écologique et sociale.